Message d'une autruche, avril 2007


« Bonjour, je suis l’autruche !

J’habite dans une steppe aride.
Je viens à toi pour te donner un message au nom de mon peuple. 

Vous les humains ne respectez pas l’ordre des choses. Vous voulez la rapidité sans vous soucier des conséquences de vos actes. Cher est le prix que vous payez pour aller toujours plus vite, mais où courrez-vous ? Le savez-vous ? 

Je cours avec liberté mais vous, vous êtes coincé dans des couloirs gris et sombres sans but autre que l’écoute de votre égo.
Demain ne vous appartient pas, hier non plus. Vous courez sans décider du sens à donner à votre vie, vous suivez ces longs couloirs alors qu’à côté il y a un grand jardin.
Arrêtez-vous, faites un pas de côté et sortez de ces couloirs que vous croyez être faits pour vous. Ecoutez-vous et respirez la lumière qui émane de ce jardin.
Ici et maintenant ce jardin existe mais c’est à vous de vouloir faire ce pas de côté.
Nous vous regardons avec pitié parfois. Quel animal court sans but ? Vous !

Notre but est de vivre. Nous sommes dans l’ici et maintenant nous ne savons pas que demain existe. La vie est parfois lourde mais nous avons une totale foi en la vie qui nous mène où notre peuple ainsi que tous les peuples de cette terre doivent aller. 
Vous ne dirigez pas vos pas mais avez l’illusion de la faire. Vos décisions sont fausses. Allez dans ce merveilleux jardin et vos pas seront justes. Lâchez vos fardeaux inutiles que seuls vous remplissez. Aucun de nous ne porte quelque chose de plus lourd qu’il ne peut porter. » 

-Avez-vous volé un jour, vous les autruches ? 

« Oui un jour lointain notre peuple utilisait l’air pour se déplacer. Mais nous avons besoin des forces de la terre pour notre évolution. Des forces plus denses. Posez votre charge, arrêtez-vous et regardez autour de vous, la vérité est là. Vous vivez dans l’illusion de votre égo.

 
Seul le cœur détient la vérité !

 
Soyez bénis !
»